Raoul de Berterinde (936-978)

Moine et espion, également connu sous le nom de Muhammad al-Kurkunsi. Né dans une famille de la petite noblesse austrasienne, dans l'actuelle Moselle, Raoul de Berterinde manifesta très tôt des dispositions pour l'état ecclésiastique, ce qui tombait bien puisqu'il était le benjamin des enfants de sa famille. Aussi furent sans arrière-pensée les embrassades qui marquèrent… Lire la suite Raoul de Berterinde (936-978)

Ippolito Pompizzioni (1493-?) (3/3)

(Lire ici la deuxième partie de la vie exemplaire d'Ippolito Pompizzioni, et ici la première.) Au jour dit se retrouva donc dans la belle cour intérieure ombragée du palais de la Chancellerie une assemblée de congressistes moroses dont les membres se répartissaient en petits groupes qui se formaient par hasard ou par affinités. Le redoutable… Lire la suite Ippolito Pompizzioni (1493-?) (3/3)

Ippolito Pompizzioni (1493-?) (2/3)

(Lire ici la première partie de la vie exemplaire d'Ippolito Pompizzioni) Il passa les cinq années suivantes à rédiger son grand œuvre, un ouvrage intitulé Disquitiones de perfectione Spherarum cum ex Naturae studio tum ex Sanctis Scripturis judicio (« De la perfection des sphères démontrée tant par l’étude de la nature que par l’examen des… Lire la suite Ippolito Pompizzioni (1493-?) (2/3)

Ippolito Pompizzioni (1493-?) (1/3)

Hérétique malgré lui L'enfance de Pompizzioni, pour ce qu'on en sait, ne fut guère heureuse : très tôt orphelin de mère, cet unique rejeton d'un couple d'aubergistes de Padoue resta à la charge d'un père plus empressé à discuter avec ses clients des incompréhensibles guerres entre les cités italiennes dont la Péninsule avait alors le secret… Lire la suite Ippolito Pompizzioni (1493-?) (1/3)

Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (4/4)

(Lire ici la troisième époque de la vie de Paragrippa, et ici pour en découvrir le début.) Bien qu'il eut publiquement annoncé son intention de se rendre à Paris, c'est à Orgères (Beauce) que Paragrippa vint trouver refuge et où, sous le pseudonyme de « Baptiste de Tours », il officia en qualité de chirurgien auprès d'un… Lire la suite Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (4/4)

Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (3/4)

(Lire ici la première époque et ici la seconde époque de la vie de Paragrippa) A la différences d'initiés plus connus tels que Louis-Claude de Saint-Martin (que Paragrippa connut peut-être, puisqu'il était natif d'Amboise) ou Joseph de Maistre qui, conformément aux enseignements traditionnels, ne pouvaient envisager tout changement politique que comme une dégénérescence puisqu'il éloigne… Lire la suite Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (3/4)

Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (2/4)

(Lire ici la première époque de la vie de Paragrippa) Entre 1777 et 1781, Fripon fut donc l'apprenti du drapier Girard, avec lequel pourtant les relations se détériorèrent rapidement. Mais le marchand, qui apparemment était débiteur de Fripon père, ne congédia pas le fils, se contentant de l'installer hors de chez lui, dans une pension… Lire la suite Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (2/4)

Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (1/4)

Médecin, alchimiste, astrologue, théosophe et stellionataire Si l'on en croit les confessions qu'il fit sur ses vieux jours à son ami et disciple Léon Bottais, notaire à Montlouis, qui les recueillit ensuite dans un ouvrage intitulé Propos de table du Maître (Tours, éd. Mame, s.d. ‒ après 1830), la vocation de Paragrippa se serait décidée… Lire la suite Paragrippa. Jean-Auguste Fripon, dit (1761-1829) (1/4)

Geoffroy de Lorgne (1627-1676)

« Aiguiseur de pointes » Lorsque Pascal composa sa célèbre pointe : « diseur de bons mots, mauvais caractère », il est peu probable qu'il ait pensé à Geoffroy de Lorgne, tant celui-ci, aux dire de tous ceux qui le connurent, était un excellent homme à qui l'on ne pouvait guère reprocher qu'une inspiration trop systématiquement portée sur la grivoiserie.… Lire la suite Geoffroy de Lorgne (1627-1676)